Racines de Terriens

Recherche participative

L’ethnobiologie est définie comme l’étude des relations entre une population et son environnement naturel. Sa démarche scientifique est une façon d’appréhender le monde entre ethnologie (sciences sociales, anthropologie) et biologie (botanique, écologie, zoologie…). Elle participe donc à la création d’un cortège de savoirs, savoir-faire et représentations naturalistes, présentes ou passées, ancrées sur un territoire.
Cette approche scientifique (ethnobotanique & ethnoécologie) nous permet en exploitant les connaissances scientifiques spécifiques sur les savoirs et savoir-faire naturalises locaux ancrés sur un territoire, de construire le contenu scientifique de nos ateliers pédagogiques sur les relations homme-nature à destinations de tous les publics.

Il s’agit donc de vivre avec le groupe des situations traditionnelles concrètes liées à un territoire : faire ensemble, partager, acquérir un savoir, s’approprier un savoir-faire, échanger, communiquer, assimiler des savoirs spécifiques.
D’autre part ces ateliers pédagogiques représentent un terrain d’étude pour nos questions de recherche tant en ethnobiologie (ex : représentations de la nature chez les enfants) qu’en pédagogie. Nos partenaires de terrain sont à leur tour autant d’informateurs sur leurs propres savoirs, savoir-faire et représentations autour de leur lien entre nature et culture, qui apportent leur participation à la collecte de données scientifiques.
L’originalité de la démarche est de faire interagir la recherche en ethnobiologie avec la transmission des savoirs et savoir-faire naturalistes dans l’éducation académique et populaire au développement durable, tout en cultivant un « sentiment de nature » dans la perspective de répondre aux questions fondamentales que se pose l’association.

 

La problématique de l’association se décline en deux questions fondamentales :

 

  • Comment améliorer les relations bio-culturelle « Homme- Nature » dans notre société dans une perspective d’équilibre écosystémique ?

 

  • Quelles applications l’ethnobiologie peut apporter à l’éducation au développement durable ?

Dans le cadre de ses activités de recherche participative appliquée l’association a initié des projets d’étude qui viennent nourrir ces questionnements en plus du projet de recherche « jeunes » conduit dans le cadre du 14ème congrès de la Société Internationale d’Ethnobiologie (voir partie « évènement ») :

 

–          « Les cévenols et les plantes sauvages » _2012-2013-2014

Quelles sont les représentations et les recompositions des savoirs et savoir-faire sur les plantes sauvages des cévenols gardois issus de divers horizons (immigration)?

Réunir et collecter des savoirs et des savoir-faire dans le domaine des plantes perçues et utilisées par les hommes (inventaire de plantes connues présentes/succédanées/regrettées, de leurs usages et des recettes correspondantes). C’est une dynamique de prospection qui sollicite le concours des participants alors acteurs de la démarche. Elle se concrétise par la réalisation d’action de transmission (livrets, expositions, demi-journée familiales de restitution…).

–          « Les jeunes cévenols et les plantes sauvages »_2012-2013-2014

Quelles sont les représentations et les recompositions des savoirs et savoir-faire sur les plantes sauvages des jeunes cévenols gardois ?

Suivre et accompagner un projet de recherche participative appliquée en ethnobotanique destiné à une classe de collégiens inscrite dans le territoire du Parc national des Cévennes (zone d’adhésion). Ce parc a la particularité par rapport aux autres Parcs nationaux de France d’être largement habité.

–          « Transmission culturelle et espaces naturels protégés » 

Quelle est la place de l’homme dans les espaces naturels protégés? Comment s’effectue la transmission culturelle des savoirs et savoir-faire de gestion des espaces naturels ?

Suivre et accompagner un projet de recherche participative appliquée en ethnoécologie avec des lycéens (lycée 21 de la Région LR). Restitution lors des Journées académiques d’éducation au développement durable.

 

L’association a commencé une collecte de données (mots d’enfants, dessins, enregistrements…) pour nourrir et affiner un autre axe de travail :

 

–          Etude des perceptions et des représentations de la nature en lien avec la culture au cours d’ateliers nature scientifiques, participatifs et créatifs destinés aux enfants, adolescents et adultes du Gard cévenol et Languedoc Roussillon.