Racines de Terriens

Approche pédagogique

Lors de nos interventions, nous proposons une pédagogie basée sur une approche scientifique, sensible, artistique et ludique qui incite à l’observation, attise la curiosité et cultive l’enthousiasme d’apprendre par l’observation et l’expérimentation.

 Nous souhaitons faire évoluer cette pédagogie en l’adaptant au mieux aux publics et aux besoins. Pour cela, nous adoptons une dynamique de recherche sur notre pédagogie. Des enquêtes menées lors de nos interventions, préparées en lien avec des chercheurs en Sciences de l’éducation, nous permettent d’évaluer notre approche pédagogique.

Nous développons dans nos ateliers de transmission les quatre approches suivantes :
– L’approche SCIENTIFIQUE en ethnobiologie permet d’adopter une méthodologie et de développer des ateliers sur les thèmes suivants : biodiversité, écosystèmes, flore, faune, cycles des éléments, alimentation, santé… en lien avec l’homme et sa culture.
– L’approche SENSIBLE c’est à dire tout ce qui est du domaine des perceptions (nos cinq sens, proprioception, sentiments, émotions,) car elle semble pouvoir être à l’origine d’une prise de conscience écologique indispensable pour la construction d’une culture respectueuse du vivant (DOMINIQUE COTTEREAU, 2011  ).
– L’approche ARTISTIQUE permet de créer en s’inspirant de la nature afin de faire vivre l’art tel un « catalyseur d’émotion » (SANDRA COMPERE , 2008 ). Elle permet ainsi d’exprimer et d’observer les représentations de la nature, de la culture, de l’homme et des inter-relations entre eux.
– L’approche LUDIQUE permet de s’intéresser, d’apprendre en jouant sans s’en apercevoir, de découvrir le monde de manière imagée, métaphorique.

 

Et au milieu de tout cela, n’oublions pas de nous émerveiller car comme le dit Francis Hallé,
« C’est important de pouvoir dire qu’il ne faut pas détruire la nature parce que c’est beau, et que cette beauté-là est une valeur en soi.» (FRANCIS HALLE, 2011 )

et permettons nous aussi d’être surpris car : « Donneur de bien matériel premiers, aliment du corps […], le végétal nourrit aussi la pensée […] ». (PIERRE LIEUTAGHI, 2008 )